D-DAY - NORMANDIE 44
Tu es collectionneur(se), reconstitueur(se)? Viens nous rejoindre sur notre forum et présente-toi après t’être inscrit(e).

L'histoire du débarquement et de la prise d'Alger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'histoire du débarquement et de la prise d'Alger

Message  Bobabs le Jeu 21 Juil - 12:30



Débarquement de Sidi Ferruch (14 juin 1830)

- Débarquement de Sidi Ferruch:

L'armée française, composée de 37 612 soldats et 27 000 marins, commandée par le général de Bourmont, ministre de la guerre, quitte Toulon pour Palma de Majorque le 16 mai 1830 sur une flotte française composée de 567 navires, dont 103 bâtiments de guerre et 83 pièces de siège, commandée par le futur amiral Duperré. Grâce aux reconnaissances que Napoléon Ier a fait faire sur le terrain au commandant du génie Boutin vingt-deux ans auparavant, Bourmont peut préparer minutieusement le plan de débarquement.

La flotte se dirige vers Alger qu’elle atteint le 31 mai, mais une partie des navires étant encore à Palma de Majorque, Bourmont attend le 14 juin 1830 pour accoster près de la presqu’île de Sidi Ferruch, située à 30 km à l’ouest d’Alger. Les Troupes d'Afrique débarquent le jour même avec pour objectif de prendre à revers la forteresse d'Alger, réputée invincible depuis la tentative espagnole de Charles Quint de prendre la ville d'assaut au XVIe siècle. Le débarquement de Sidi Ferruch est aisé car les Français ne rencontrent qu'un petit détachement d'une batterie côtière vite submergé. Des milliers d'habitants quittent Alger à la hâte.

De son côté, Hussein Dey avait rassemblé une armée hétéroclite s'appuyant sur la milice janissaire et renforcée par les contingents fournis par les beys d'Oran, de Constantine et du Titteri. Son commandement a été confié à l'agha Ibrahim. Selon les sources, les estimations concernant l'effectif total de cette armée varient de 30000 à 50000 hommes. Cependant, cette armée s'était particulièrement mal préparée à l'expédition française, le Dey surestimant sa propre puissance[6]. En effet les quelques milliers de janissaires constituaient les seuls véritables soldats de métier de cette armée. Pour le reste, l'essentiel des troupes disponibles fut composé de volontaires recrutés parmi les tribus de l'intérieur du pays.

Grâce aux reconnaissances que Napoléon Ier a fait faire sur le terrain au commandant du génie Boutin vingt-deux ans auparavant, Bourmont peut préparer minutieusement le plan de débarquement. La flotte se dirige vers Alger qu’elle atteint le 31 mai, mais une partie des navires étant encore à Palma de Majorque, Bourmont attend le 14 juin 1830 pour accoster près de la presqu’île de Sidi Ferruch, située à 30 km à l’ouest d’Alger. Les Troupes d'Afrique débarquent le jour même avec pour objectif de prendre à revers la forteresse d'Alger, réputée invincible depuis la tentative espagnole de Charles Quint de prendre la ville d'assaut au XVIe siècle. Le débarquement de Sidi Ferruch est aisé car les Français ne rencontrent qu'un petit détachement d'une batterie côtière vite submergé. Des milliers d'habitants quittent Alger à la hâte.

De son côté, Hussein Dey avait rassemblé une armée hétéroclite s'appuyant sur la milice janissaire et renforcée par les contingents fournis par les beys d'Oran, de Constantine et du Titteri. Son commandement a été confié à l'agha Ibrahim. Selon les sources, les estimations concernant l'effectif total de cette armée varient de 30000 à 50000 hommes. Cependant, cette armée s'était particulièrement mal préparée à l'expédition française, le Dey surestimant sa propre puissance[6]. En effet les quelques milliers de janissaires constituaient les seuls véritables soldats de métier de cette armée. Pour le reste, l'essentiel des troupes disponibles fut composé de volontaires recrutés parmi les tribus de l'intérieur du pays.

Bataille de Staoueli (19 juin 1830)

- Bataille de Staoueli:

Une seconde bataille a lieu le 19 juin. Les troupes françaises sont restées dans l'immobilisme sur leur tête de pont dans l'attente du matériel de siège, qui tarde à arriver, et pendant ce temps, les troupes de la Régence se renforcent, s'établissent au campement de Staoueli et consolident leurs lignes face aux Français de quelques batteries au centre de leurs positions. L'attaque qu'ils déclenchent le 19 juin au point du jour, est repoussée au bout de quelques heures par les Français, qui s'emparent de l'artillerie turque et du campement de Staoueli, où ils s'établissent.

Bataille de Sidi Khalef (24 juin 1830)


- Bataille de Sidi Khalef:

Une troisième bataille se déroule à Sidi Khalef le 24 juin. (Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.)

Bombardements d'Alger (1er et 3 juillet 1830)
La flotte française entreprend de bombarder la ville d'Alger en soutien des troupes débarquées, le 1er juillet, et à nouveau le 3 juillet. Ce fut un beau spectacle, la flotte échangeant avec les batteries côtières de vives canonnades, mais à peu près hors de portée. Quelques jours plus tard, le Général Valazé, commandant le génie, qui visitait les forts, ironisait, disant « qu'il se chargeait de réparer, pour 7 francs 50 centimes, toutes les avaries causées par la marine aux fortifications ».

Siège du Fort de l'Empereur (3 juillet 1830)

Débarquement de l'armée française à Sidi Ferruch, 14 juin 1830.Les troupes françaises arrivent en vue du Fort de l'Empereur, qui couvre Alger au sud, le 29 juin. Le creusement des tranchées pour le siège du fort est commencé dès le 30, et le 3 juillet dans la journée, toutes les batteries de l'artillerie de siège sont mises en place.

Le 4 juillet vers 4H du matin, toutes les batteries ouvrent le feu à la fois, et la riposte turque dure aussi vivement que l'attaque pendant 4H, mais à dix heures, les feux du château s'éteignent, tous ses merlons détruits n'offrant plus aucun abri aux canonniers, presque toutes les pièces étant démontées, l'intérieur dévasté par les bombes et les obus. Au moment où l'ordre est donné de battre la forteresse en brèche, une énorme explosion pulvérise la grosse tour au centre du Fort l'Empereur : les Turcs, abandonnant le fort, avaient mis le feu aux poudres. Les Français s'en emparent, et tiennent désormais à leur merci la Casbah et la ville d'Alger.

Prise de la ville d'Alger (5 juillet 1830)

- Combat aux portes d'Alger en 1830

Attaque d'Alger, explosion du Fort de l'Empereur et prise d'Alger le 5 juillet, sans combat, le Dey n'ayant plus d'autre ressource que de signer une capitulation dans laquelle il s'efforça de sauvegarder les lois et coutumes de ses sujets. Charles X comptait d'ailleurs utiliser cette victoire pour renforcer sa légitimité de roi de France, à l'intérieur du pays, et faire plus facilement passer ses 4 ordonnances de Saint Cloud. Mais il fut renversé en juillet (Trois Glorieuses).


Jusqu’au 28 juin, Bourmont se contente de riposter, car le matériel de siège n’est pas encore débarqué. Le chef de la milice d'Alger, Agha Ibrahim, gendre du Dey, s'avéra un mauvais tacticien. Il lui faudra cinq jours pour diriger sa troupe vers l'Ouest alors qu'au départ il attend à El-Harrach, à l'Est d'Alger où il croit que les Français hésitent encore à débarquer.

La milice parvient à stopper les forces françaises, notamment après l'arrivée de renforts plus aguerris du Bey de Constantine Hadj Ahmed, mais ces dernières reprennent leur progression sous le tir ralenti par le manque de munitions des quelques bouche à feu turques. Enfin, Le 29 juin, commence l’attaque décisive contre Fort l’Empereur (Sultan-Khalessi), principal ouvrage de défense d’Alger. les pièces d'artillerie françaises pilonnent le Fort de l'Empereur, dernier dispositif défensif sur la route d'Alger. Celui-ci, soumis à un feu d'enfer, tient mais les tobjis (artilleurs) qui tenaient le fort font tout sauter.

Le dey Hussein propose aussitôt des négociations et capitule le lendemain. Les troupes françaises entrent dans la ville. Le 7 juillet, ordre est donné d’évacuer la Casbah. Ce sera la première violation du Traité de capitulation conclu deux jours auparavant seulement. La gigantesque explosion de Fort l'Empereur fut telle qu'aussi bien les Français que les Algériens, stupéfaits, arrêtèrent le combat pendant un certain temps. Cette explosion frappe l'imagination de la population et conforte les défaitistes à l'intérieur du Sérail. Cet épisode déterminera la capitulation du Dey.

- Après la capitulation

Le 15 juillet, le dey Hussein refuse l'offre du Bey de Constantine de l'accueillir dans sa province et de continuer le combat dans les montagnes du Beylicat de l'Est. Le Dey s’embarque avec l'ensemble de sa famille pour Naples en Campanie et les Janissaires qui ont choisi le départ pour l’Asie mineure. Le trésor du Dey, évalué à l'équivalent actuel de 4 milliards d'euros est saisi par les vainqueurs mais sera vite détourné. Une commission de gouvernement et un conseil municipal institués par Bourmont remplacent l’administration turque. Le corps expéditionnaire a eu 415 morts et 2 160 blessés, dont Amédée, l'un des quatre fils de Bourmont.

Alger 1830

Alger 1950

Alger1830 sur Alger 1950


Dernière édition par Bobabs le Ven 22 Juil - 6:14, édité 1 fois

**********************************************************
    FORCE ET HONNEUR !
avatar
Bobabs
General of the Army
General of the Army

Date de naissance* : 03/03/1959
Nombre de messages : 2254
Localisation* : Normandie
Date d'inscription : 20/02/2006

http://d-day-normandie44.heavenforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du débarquement et de la prise d'Alger

Message  Bobabs le Jeu 21 Juil - 13:10

Bonne lecture sur l'un des tout 1er débarquement en juin 1830. (décidement, le mois de juin est un mois propice, on dirait)

**********************************************************
    FORCE ET HONNEUR !
avatar
Bobabs
General of the Army
General of the Army

Date de naissance* : 03/03/1959
Nombre de messages : 2254
Localisation* : Normandie
Date d'inscription : 20/02/2006

http://d-day-normandie44.heavenforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du débarquement et de la prise d'Alger

Message  Bobabs le Ven 22 Juil - 7:16

J'ai voulu retracer ce récit de la prise d'Alger par les Français en juin 1830, car il relate bien la méthode et la façon dont les Français ont opérés leur 1er débarquement. Un des préludes du D-Day 1944.

**********************************************************
    FORCE ET HONNEUR !
avatar
Bobabs
General of the Army
General of the Army

Date de naissance* : 03/03/1959
Nombre de messages : 2254
Localisation* : Normandie
Date d'inscription : 20/02/2006

http://d-day-normandie44.heavenforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du débarquement et de la prise d'Alger

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum